Accueil | Boutique | Abonnement Magazine | Contact

Abonnez-vous au magazine Sans Frontières : 49$/an Livraison incluse

Abonnement magazine
**Le magazine Éthiques et Sociétés devient le Magazine Sans Frontières.Visitez notre nouveau site internet.

SANTÉ

Le Comité international de la Croix-Rouge : 150 ans et toujours actif sur le terrain

Étienne Plamondon Emond

Pionnier de l’action humanitaire, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) persiste à porter une assistance de proximité, sans intermédiaires, alors que la tendance est à l’embauche de partenaires locaux. Rencontre avec l’actuel directeur général du CICR, Yves Daccord, qui voit dans l’accès direct aux populations vulnérables un enjeu fondamental, plus particulièrement dans des situations de conflits.

« La plupart des grandes organisations humanitaires, les Nations unies et les autres importants organismes non gouvernementaux (ONG) ont eu tendance, dans les dix dernières années, à ne plus uniquement intervenir par eux-mêmes, mais plutôt à passer par des partenaires locaux », observe Yves Daccord, directeur général du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), rencontré au siège du CICR à Genève, en Suisse.

« Aujourd'hui, on est une des seules grandes organisations internationales qui continuent à avoir du personnel et des collaborateurs qui sont basés partout sur le terrain », poursuit celui qui a lui-même travaillé pendant plusieurs années sur le terrain, une condition sine qua non pour siéger à un poste clé au sein du CICR. En perpétuant la tradition du terrain, le CICR va ainsi à contre-courant; il déploie actuellement quelque 13 000 personnes dans plus de 80 pays.

« Ce qui est intéressant, c'est qu'Henry Dunant [le fondateur du CICR] faisait le travail lui-même. Ce n'était pas pour nier la qualité du travail des gens qui le faisait avec lui, mais le faire lui-même lui a aussi permis de comprendre les enjeux de la violence », dit M. Daccord en se revendiquant de cet héritage.

En effet, l’idée du CICR est venue à M. Dunant après avoir observé de ses propres yeux les horreurs de la bataille de Solférino, en Lombardie. Le 24 juin 1859, en pleine guerre pour l’unité italienne, les armées françaises et piémontaises ont affronté l’armée prussienne dans le nord de l’Italie. La bataille a fait près de 30 000 blessés, sans aide médicale sur place. Passant par là, l’homme d’affaires suisse a été secoué devant une telle souffrance. Il a donc retroussé ses manches et a tout mis en œuvre pour porter secours aux victimes.

Traumatisé par son expérience, Henry Dunant a publié en 1862 son témoignage sous le titre Un souvenir de Solférino. Il y proposait la création d'une société de secours et la signature d’un traité qui assurerait la protection des services de santé sur un champ de bataille. Puis, le 17 février 1863, il a fondé avec l’aide de quatre confrères le Comité international pour le secours aux blessés, renommé le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en 1875.

Lire l'article complet

     
    Abonnement magazine

    pub



     
       
    Emploi a domicile ONG Afrique Cellulite Huile d'olive Comment jardiner Vergetures Traitement rides Condo a louer Floride Roulette en ligne