Accueil | Boutique | Abonnement Magazine | Contact

Abonnez-vous au magazine Sans Frontières : 49$/an Livraison incluse

Abonnement magazine
**Le magazine Éthiques et Sociétés devient le Magazine Sans Frontières.Visitez notre nouveau site internet.

Environnement

Les animaux mythiques d'Afrique sont-ils menacés ?

Samya Ramdane

Plusieurs organisations non gouvernementales (ONG), centres d'études et fondations lancent un signal d'alarme au sujet des grands animaux d'Afrique menacés, et tout particulièrement de l'éléphant et du lion. Prochain grand rendez-vous en mars prochain lors de la 15ème session de la Conférence des Parties de la « Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacés d'extinction » dite convention de Washington (CITES) réunissant 175 pays membres.

Les disparités de population feront l'objet de vifs débats lors de la prochaine Conférence de la CITES du 13 au 25 mars 2010 à Doha au Qatar. En effet, comme le confirme Philippe Chardonnet, vétérinaire et directeur de la Fondation Internationale pour la Gestion de la Faune (IGF) au sujet des éléphants et des lions, « la situation en Afrique n'est pas uniforme. C'est une mosaïque de contextes différents d'une région à l'autre. » De fait, selon la Liste Rouge (Red List) des espèces menacées à travers le monde établie par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN), le lion d'Afrique figure parmi les espèces menacées (catégorie Vulnérable), alors que l'éléphant est sorti de cette catégorie grâce à une hausse de ses effectifs globaux.

Mais le problème est loin d’être simple. D'après les données officielles (AfESG/SSC/IUCN), le nombre d'éléphants croît en Afrique australe et Afrique de l'Est, alors qu'il est en chute libre en Afrique centrale : au Cameroun, en République Centrafricaine, au Tchad, au Congo, en République Démocratique du Congo et en Guinée Equatoriale. Au nord de la République centrafricaine notamment, des massacres sont perpétrés depuis plusieurs années et en recrudescence depuis trois ans, principalement dû au trafic d'ivoire organisé. Parallèlement, dans certaines zones de forte présence, ces grands mammifères investissent voire détruisent les zones agricoles et d'habitations. Sur le terrain depuis de nombreuses années, Philippe Chardonnet travaille avec les habitants et les autorités locales et avoue la difficulté d'une solution univoque au sujet des éléphants : « comment gérer en même temps la disparition dans une région et la surabondance dans une autre ? » Certains pays souhaitent ainsi déclasser, lors de la prochaine conférence CITES, cette espèce animale de l'Annexe 1, entièrement protégée, à l'Annexe 2, pour un éventuel commerce limité et très contrôlé.

Lire la suite

(Crédit Photo : Planète Urgence)

     
    Abonnement magazine

    pub



     
       
    Emploi a domicile ONG Afrique Cellulite Huile d'olive Comment jardiner Vergetures Traitement rides Condo a louer Floride Roulette en ligne