Accueil | Boutique | Abonnement Magazine | Contact

Abonnez-vous au magazine Sans Frontières : 49$/an Livraison incluse

Abonnement magazine
**Le magazine Éthiques et Sociétés devient le Magazine Sans Frontières.Visitez notre nouveau site internet.

Indulgence pour les bûcherons ?

Valérie Duhaime

Depuis 20 ans, World Wildlife Fund (WWF) administre un programme de certifications des activités d’exploitation forestière. Le Global Forest and Trade Network (GFTN) ‑ en français le Réseau forêt et commerce ‑ regroupe des entreprises forestières qui s’engagent à appliquer certains principes de durabilité, de respect des écosystèmes, des droits des travailleurs et des communautés locales dans leurs activités de coupes, de transformation et de distribution. Sauf qu’en juillet dernier, l’organisme Global Witness a sonné l’alarme : et si la gestion du programme permettait à plusieurs entreprises délinquantes de s’en sortir ni vu ni connu?

Le rapport de Global Witness, intitulé Pandering to the loggers, que l’on pourrait traduire par « indulgence pour les bûcherons » accuse WWF de manquer de transparence, de fiabilité et de ne pas assurer le suivi nécessaire dans sa gestion des membres du regroupement. Selon les auteurs du rapport, WWF échoue également à s’assurer des impacts réels sur les forêts.

Pour étayer ses accusations, Global Witness présente trois études de cas dans lesquelles des membres du GFTN ont violé les principes défendus par l’organisme. L’une d’elles déplore les activités de Danzer Group en République démocratique du Congo.

En plus d’avoir acheté de la matière première du Libéria pendant la meurtrière guerre civile au début des années 2000, l’un des fournisseurs de l’entreprise, Siforco, aurait était engagé dans une répression violente de citoyens qui reprochaient à la forestière de ne pas avoir respecté ses engagements contractuels vis-à-vis de la communauté de Yalisika, dans le territoire de Bumba, (province de l’Equateur). En effet, le 20 avril 2011, des villageois manifestent contre Siforco qui avait promis en novembre 2009, à l’occasion d’un forum organisé à Bumba par Greenpeace et la Société civile, d’investir dans des infrastructures sociales. Le 2 mai, les autorités locales font une descente à Bosanga en guise de représailles. Résultat : un mort, viols de six femmes, tabassage et arrestation de seize personnes. D’après les faits rapportés à Greenpeace, qui a dépêché une équipe sur place, les autorités locales étaient transportées dans un camion de la société Siforco et ont bénéficié de moyens logistiques de la part de cette dernière.

Toutefois, Danzer Group est toujours un fier membre du GFTN. C’est bien ce qui dérange Global Witness, qui déplore que peu de compagnies se soient vu exclues du réseau au fil des ans, malgré des cas allégués de manquement aux principes de celui-ci. Seules onze compagnies ont été exclues entre 2008 et 2011, sur un total de près de 300.

Lire la suite de l'article

 

     
    Abonnement magazine

    pub



     
       
    Emploi a domicile ONG Afrique Cellulite Huile d'olive Comment jardiner Vergetures Traitement rides Condo a louer Floride Roulette en ligne